Le Projet Marenda a tenu son troisième séminaire de formation en partenariat avec l’Agence Nigériane Pour l’Administration ET La Sécurité Maritime (NIMASA), et L’Agence Nationale Pour La Détection Et La Lutte Contre Les Marées Noires (NOSDRA).

La formation a été élaborée et mise en oeuvre du 19 au 28  septembre dans les locaux du Centre Nigerian Pour Le Développement des Ressources Maritmes à Kirikiri.

Les objectifs du séminaire étaient les suivants

–        Améiorer les connaissances dans des domaines spécifiques de la lute contre la pollution par les hydrocarbures

–        Tester et améliorer la communication et la coordination entre les différents intervenants dans la mise en place des plans d’urgence au Nigéria.

Pour atteindre ces objectifs, la formation a été divisée en deux parties. D’une part, une formation thématique (19-23 octobre) qui était concentrée sur les sujets suivants:

Les caractéristiques et densité des hydrocarbures et des Substances Nocives Et Dangereuses

L’effet des vents et courants marins

  • Les différentes techniques de nettoyage selon les reliefs, les options sur l’eau, le littoral et les plages
  • La structure de Commande, de Contrôle et de Gestion
  • La manipulation de l’équipement – sa mise en place et son entretien,
  • Les Techniques d’épandage des dispersants
  • La gestion des déchets

Et d’autre part, un Exercice Sur Table (Tabletop Exercise) (26-28 septembre) avait été conduit dans le souci de tester la communication et les mécanismes de coordination entre les différents acteurs dans une situation de crise.

Le séminaire avait regroupé environ 50 participants provenant de NIMASA, NOSDRA et de l’Autorité Portuaire du Nigeria (NPA).

L’événement était le troisième de son genre, dans une série de formations dont la première avait été tenue à Dakar (Sénégal), au Centre Trainmar du 11 au 20 janvier 2016, alors que la seconde avait eu lieu à Accra du 15 au 24 février 2016, dans les locaux de L’Agence Pour La Protection De L’Environnement (NPA).

D’autres séminaires de formation seront réalisés avant la fin de l’année 2016 dans les pays pilotes que sont la Côte D’Ivoire et le Cameroun.