L’objectif du projet FlagPort WACAF est de soutenir les autorités maritimes dans la région Ouest et Centre Afrique afin qu’elles puissant prendre leurs responsabilités en terme de contrôle par l’État du pavillon et par l’État du port. Le projet vise à améliorer la sécurité et la sûreté, l’efficacité, la protection environnementale ainsi que les conditions de travail en milieu portuaire.

Les pays participants à ce jour sont l’Angola, le Benin, le Nigeria, la Sierra Leone et le Togo. Le projet aidera les autorités locales à faire face à l’entrée en vigueur, prévue pour 2016, du système d’audit obligatoire de l’Organisation Maritime Internationale.

Au cours de 2014, eurent lieu cinq missions d’évaluation des besoins pour l’application des instruments par l’État du pavillon, suivis de séminaires, ainsi que cinq examens de la législation maritime couvrant l’Angola, le Bénin, la Sierra Leone et le Togo. Un atelier de formation portant sur les enquêtes sur les accidents maritimes fut organisé à l’Université régionale maritime d’Accra au Ghana.

Des transfert de compétences devront permettre aux autorités de procéder aux inspections des navires avec une plus grande fréquence et avec de meilleurs résultats, en concordance avec les règles de la International Convention for the Safety of Life at Sea (SOLAS) et le International Safety Management Code, le code international de gestion pour la sécurité de l’exploitation des navires et la prévention de la pollution.

En ce qui concerne l’harmonisation du contrôle de l’Etat du port, 10 pays dans la région ont accédé au Mémorandum d’entente d’Abuja sur le contrôle des navires par l’État du port. L’objectif est de faire en sorte que les autorités locales disposent des compétences nécessaires afin de pouvoir procéder aux inspections prévues.